English

Concorso d'Eleganza Villa d'Este
Le vendredi

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

Le Concours d'Elégance de la Villa d'Este se déroule chaque année sur les bords du Lac de Côme le 3ème samedi du mois de mai et le dimanche à la Villa Erba pour la journée ouverte au public. Mais à force de voir des reportages commençant le vendredi (Notamment sur arthomobiles.fr) j'ai décidé cette année de me rendre sur place le vendredi matin. Et cela permet de mieux profiter du week-end en terme de rythme mais aussi car le samedi une foule assez dense rend les photos compliquées.

Cela s'étant parfaitement vérifié, je vous propose de découvrir mon reportage jour par jour, avec en première partie journalière les Ferrari, qui étaient venues en nombre pour cette édition.

Pour commencer, malgré une météo idéale, je décide de me rendre directement au garage souterrain de la Villa pour découvrir les premiers trésors déjà arrivés. L'expérience permet aussi de pouvoir facilement se repérer dans ce vaste site paradisiaque.
Et quoi de mieux comme entrée en matière qu'une 250LM? Certe l'emplacement n'est pas idéal, mais impossible de ne pas s'arrêter.

Peut-être qu'une 250 GTO tout juste arrivée du Texas confirmera pourquoi nous sommes là! Ces instants si rares restent toujours magiques et exclusifs. J'ai donc pris le temps d'apprécier ce privilège et même de discuter un peu avec le propriétaire très sympathique. La barrière de la langue limite souvent la discussion, mais peu importe. Il m'explique brièvement que certaines modifications ont été apportées sur la voiture pour la rendre utilisable régulièrement (Et oui, elle n'est pas cloîtrée dans un musée privé !!) mais que pour concourir à la Villa D'Este, elle doit être comme à l'origine. Adieu donc les rétroviseurs extérieurs, les prises d'air sur les glaces latérales, les tapis de sol, les protections mousses des arceaux de sécurité, les plaques d'immatriculation américaines...

Et que répondre au propriétaire qui vous propose d'ouvrir le capot moteur alors qu'il a répété à toutes les personnes venues le voir qu'il a faim depuis 2 heures? With pleasure! THANKS

Je continue ma visite au niveau inférieur où un modèle bâché se dissimule. L'arrière laisse deviner une silhouette connue, mais l'avant reste secrètement différent de ce à quoi on s'attend...

Après un bon moment passé à l'ombre je ressors pour découvrir une superbe 400 Superamerica appartenant à Peter S. Kalikow. Le travail de Pininfarina laisse apparaître une étude aérodynamique importante à en juger par l'arrière très long et fin.

Je rejoins ensuite l'esplanade où un cabriolet 212 Inter Pininfarina pose pour le célèbre photographe Günther Raupp, simplement attitré photographe des calendriers Ferrari depuis bientôt 30ans. Certe son travail particulier n'est pas du gôut de tous, mais le voir à l'oeuvre permet de comprendre le travail de couleur qu'il réalise. Les moyens mis à disposition me font juste passer pour un touriste avec mon Nikon D80.
Je décide donc de pas trop perdre de temps et m'oriente vers un autre modèle vu au coin de l'oeil.

Garée le temps de faire les photos cette 250 GT carrossée par Zagato est d'une élégance rare.

Elle se dirige ensuite vers un point clé de la Villa D'Este d'où sont prises des photos très connues. Une séance rapide mais très prisée. Désolé pour la Rolls en arrière plan, mais nous devons faire avec.

Puis c'est au tour de la 212 Cabriolet de prendre place.

La Zagato a trouvé une nouvelle place de choix pour les photos. J'en profite car demain à la même heure la place sera bondée.

On entend des moteurs ronfler du côté de l'hôtel, lieu où se déroule les vérifications techniques. Je découvre alors une voiture particulière qui sort tout juste d'une restauration complète. Je croise Etienne qui me la présente. Il s'agit d'une 250 Europa de 1954 carrossée par Vignale. La multitude de détails l'oppose complètement à la 250 GT Zagato.

Il est midi passé et la faim se fait ressentir. Nous sommes levé depuis 4h30 ce matin, le petit déjeuné n'est qu'un lointain souvenir. Sur la route de notre excellent restaurant habituel, nous croisons un nouveau concurrent: Il s'agit d'une 250 GT Europa Pininfarina.

Rassasiés, nous retrouvons la 400 Superamerica sous les objectifs de Raupp.

Il est temps de retourner sous terre pour voir les nouveaux arrivants. Je précise que quelques jours avant l'événement, la liste des participants est disponible sur le site du concours. Je l'ai regardé pour avoir une idée mais sans chercher de précision sur les modèles. Je savais donc qu'une 250 GT Spider California serait de la partie, mais je ne m'attendais pas à une telle merveille. Même si cette auto est sortie rouge de l'usine de Maranello, on comprend que son propriétaire ait eu envie de lui donner une autre couleur, disponible bien sûr au catalogue de l'époque.

Après cette superbe California, je me rends compte que le propriétaire de la mystérieuse voiture bâchée est venu la préparer. Voici donc le prototype n°1 de la 365GTB/4 Daytona.

Beaucoup plus classique, mais toujours appréciée, la 250 GT Lusso ne peux échapper à la Dynastie des 250 GT.

Je retrouve la 250 GT Europa croisée quelques heures auparavant.

Et pour finir cette première journée, j'attends tranquillement que la 250 GTO soit complètement prête pour l'avoir en tenue de concours et profiter de sa nouvelle voisine de park, la 250 LM.

Une première journée laissant présager le meilleur pour les deux jours à venir. Un plateau exceptionnel, notamment avec cet hommage aux 250 GT et les héros du Mans, et une météo parfaite.

Retrouvez les autres marques ici

Retrouvez le deuxième jour ici

Retrouvez le troisième jour ici

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour Exposition

Contact
Charte
Plan du site