English

Concorso d'Eleganza Villa d'Este 2014

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

Jour 1:

Retour sur les bords du Lac de Côme le troisième week-end de Mai pour le fameux Concours d'Elégance de la Villa d'Este. Comme à son habitude, l'organisation reste discrète sur les concurrents pour ne dévoiler la liste que quelques jours avant l'ouverture. Mais cette année j'ai eu des informations un mois avant, avec l'annonce de 8 Ferrari. Voilà un beau programme. Et pourtant, lors de la publication des engagés, je découvre qu'il y aura en fait 10 Ferrari. Cela peut paraitre peu mais la différence n'est pas négligeable car le temps est compté sur place pour avoir de beaux clichés. La météo s'annonce globalement bonne, et sera même excellente avec seulement un orage rapide le vendredi en fin de matinée. Ouf! Car cette première journée a été très chargée. C'est pour cela que j'ai décidé de publier une page par journée. Commençons donc la présentation avec les arrivants qui doivent passer les vérifications d'usage.

Dans la catégorie "Villa d'Este Style", la première Ferrari est une 195 Inter de 1950 carrossée par Ghia Châssis #0101 S

L'alliance du blanc extérieur et du bleu intérieur est sublime. Notez l'intégration du badge de capot dans un blason.

La Villa d'Este sans California devient impensable. Voici donc une 250 GT LWB Spider de 1959 dans la catégorie "De Saint-Tropez à Portofino". Châssis #1203 GT.

Dans la même catégorie, une autre 250 GT Cabriolet, mais cette fois carrossée par Pinin Farina en 1960. Châssis #1881 GT.

En attendant que son propriétaire ne l'amène aux vérifications nous avons pu profiter de la belle pour une première séance photos avec la capote fermée. Merci Etienne!

Puis, après le passage devant les spécialistes, le propriétaire a gentillement accepté de placer sa voiture aux différents points stratégiques de la Villa. Nous avons alors réalisé énormément de photos, qu'il est difficile de toutes vous présenter. Mais voici les plus significatives.

A défaut de me renseigner précisément sur les modèles à l'avance, j'ai le plaisir de les découvrir à leur arrivée. C'est le cas de cette Ferrari 250 GT SWB, une des trois réalisées par Bertone en 1959. Ses particularités la classe dans la catégorie "Le Fuoriserie". Châssis #1739 GT. La face avant rappelle celle de la Lusso, mais les grilles portant le Cavallino ou protégeant les phares la rendent plus agressive.

Le badge de capot est étonnamment sur-dimensionné, et grande particularité également: l'ouverture du capot qui fait basculer toute la face avant. Sur ses flancs on peut lire Prototype EW, les initiales de son commanditaire: Enrico Wax.

Bien que sa carrosserie soit grise on distingue que le toit est lui directement en métal brossé. L'effet est très élégant. Les feux arrières ont ce rendu si spécifique des prototypes, comme s'il s'agissait d'un gros modèle réduit.

L'intérieur, tout comme le moteur sont impeccables. Mais on remarque toujours des éléments inhabituels, comme les voyants sur la planche de bord côté passager ou encore la forme du châssis du bloc avant.

Passons à la catégorie "Gentleman driver" avec cette superbe 250 GT Tour de France #0677 GT aux couleurs contrastantes. Le travail de peinture est extraordinaire.

La transition avec la suivante se fait tout naturellement. En effet, dans le garage je retrouve la Tour de France garée à coté de la 250 GT Interim de 1959. Je l'ai manquée à l'extérieur, mais j'essaie de tirer profit de mon trépied pour sortir quelques clichés.

Il s'agit du châssis 1519 GT.

Pendant que je suis dans le garage, je m'arrête sur la 500 TRC de 1957 (#0658 MDTR), carrossée par Scaglietti. Cette ligne n'est pas sans rappeler celle de la 250 TR. Un coup de crayon de maître.

Mais en réalité j'ai pu la voir avant, pendant les vérifications.

Et surtout, elle ressortira pour une séance photos. Cette fois, je ne peux me retenir de vous mettre beaucoup de photos. Cette ligne, ce décor et la météo donnent clairement le ton pour ce week-end!

Un petit air d'Enzo Ferrari ce propriétaire Italien! La sensation sur le moment est incroyable. Et sa sympathie pour déplacer sa voiture impose le respect.

Alors que beaucoup de photographes quittent la place à cause d'ombres qui viennent carresser la voiture, j'en profite pour la détailler sans gêner quiconque.

Le travail manuel nécessaire à la réalisation d'une telle carrosserie n'a aucun rapport avec l'industrie moderne. Et pourtant la finition est parfaite.

La dernière Ferrari engagée, est (comme la 500TRC) en catégorie "Da Corsa". Il s'agit d'une 250 GTO de 1963. Il est toujours difficile de dire une GTO tellement les spécialistes aiment à être précis avec elles. Il s'agit donc de #4675 GT qui présente une carrosserie type 64, mais sa face avant reste unique à ce châssis. C'est la première fois que je la vois, car elle n'a pas participé au Tour du 50ème anniversaire de la GTO.

Une invitation à monter à bord? Si seulement...

C'est bon, les 12 trompettes sont là! Mais cela ne suffira pas car à cause d'une panne de batterie, la voiture n'ira pas au garage de suite. Pour nous c'est mieux!

Evidemment, durant cette première journée nous n'avons pas vu que des Ferrari. Mais elles restent ma priorité. Voici donc pour continuer, quelques autres modèles qui ont marqués cette journée du vendredi.

Commençons par cette Alfa Romeo 6C 3000CM Superflow IV de Pinin Farina. Sa particularité réside dans son toit entièrement vitré et dont chaque partie surplombant l'habitacle vient coulisser sous la lunette arrière.

Une Maserati 16 cylindres! Encore une surprise que l'on ne peut découvrir qu'ici. Il s'agit d'une V4 Sport de 1929.

Maserati, dont c'est le centenaire, a droit à une catégorie spécifique. On continue donc avec cette A6GCS de 53 carrossée par Pinin Farina.

Une Maserati 450 S qui est passée trop vite, mais que l'on retrouvera dans le reportage de samedi.

Les Porsche sont rares ici. Voici une 904 GTS de 1964.

Une Shelby American 427 Competition Cobra de 1965.

Voici la surprise de dernière minute, puisque même pas annoncée dans la liste des participants. Il s'agit de la Lamborghini 5-95 Zagato. Le cinq signifiant la 5ème collaboration entre Lamborghini et Zagato et "95" le nombre d'années d'existance du carrossier. Ce modèle basé sur une Gallardo Superleggera n'est pas juste un concept, il s'agit de faire 5 exemplaires dont ce premier a été livré à son propriétaire, grand collectionneur Suisse, à cette occasion. Le style a été assez critiqué sur la toile, mais c'est souvent le cas avec les modèles du carrossier Italien.

Une belle première journée pour l'un des plus beaux évènements auxquels nous participons. Toutes les voitures croisées n'ont pas été présentées car il est difficile de tout couvrir et vous l'aurez sans doute remarqué, deux Ferrari manquent encore à l'appel. Une 212 Inter qui a été vérifiée le jeudi et qui est restée au garage sous sa housse aujourd'hui et une 250 Europa, également validée la veille, qui est allée se promener toute la journée. Vous pouvez les découvrir le samedi.

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour à Exposition

Contact
Charte
Plan du site