English

Concorso d'Eleganza Villa d'Este 2014

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

Jour 2:

Le samedi représente toujours la principale journée car c'est le jour du concours d'élégance. Les voitures sont donc exposées à leur emplacement respectif, puis si celà est encore nécessaire, briquées pour les rendre toujours plus brillantes. Cette année la météo s'est montrée généreuse en soleil. Cest donc sous la chaleur que le jury examine chaque modèle selon des critères précis.

Nous sommes là un peu avant 7 heures et nous filons directement au garage. Je croise alors Marcel Massini qui dévoile devant mes yeux la 212 Inter de Peter S. Kalikow. Comme je sais que la voiture va sortir rapidement, je ne me précipite pas pour faire des photos, la lumière du jour étant bien meilleure, surtout de bon matin. Je suis content de démarrer la journée comme ça, avec une inédite de la veille. Mais ce sera le seul moment où le stress n'est pas encore présent. En effet, lorsque le public VIP et les photographes du monde entier sont là, il devient difficile de bouger comme on veut.

Afin de garder une logique de présentation, je vous propose à nouveau de découvrir les voitures selon leur numéro dans le concours. La première étant toujours la 195 Inter de 1950 carrossée par Ghia Châssis #0101 S. Je ne m'attarde pas beaucoup dessus.

Par contre la 212 Inter m'intéresse, je la précède donc de la sortie du garage, jusqu'au premier point de vue, avant même d'arriver au parc d'exposition, et enfin, je la laisse se garer pour la détailler. C'est Vignale qui a habillé ce châssis 0163 EL d'une robe bi-ton.

Le travail réalisé sur la calandre est magnifique. Tout comme le capot marqué par une dorsale qui mène à la prise d'air pour les carburateurs.

C'est quand on ouvre la porte que l'on comprend pourquoi les rétroviseurs sont montés sur un pied aussi travaillé! Je prends un peu de hauteur pour apprécier l'arrière.

L'intérieur est évidemment très élégant, habillé de cuir et de moquette. Seule la planche de bord reste de la couleur du toit. Mais je n'ai pas encore de réponse concernant le pommeau de vitesse vert!

Et pour finir avec cette 212, la voilà lors du défilé et de retour au garage.

Pour continuer avec une autre Ferrari manquée la veille, voici le line-up auquel nous avions droit: 195 Inter; 212 Inter et la 250 Europa.

#0305 EU porte aussi un toit crème, mais sur une robe rouge. Les rappels du crème sur le bas de caisse et surtout sur les flancs des pneus sont du plus bel effet. Heureusement qu'il n'y a pas encore trop de monde autour pour en profiter.

Elle porte clairement la signature de Pinin Farina, mais cela se reconnait assez facilement au travail réalisé sur les phares.

Après le défilé, retour au garage. Notez que cette voiture refera parler d'elle prochainement car elle est annoncée aux enchères RM de Monterey.

Passons à la California qui bien qu'arrivée tôt ne sera pas facile à shooter car l'équipe de nettoyage l'a lustrée pendant plusieures heures. La comparaison avec le Cabriolet Pinin Farina est facile et sans équivoque.

Entre la carrosserie super lustrée et l'exposition de la voiture, il faut jouer avec les reflets et les ombres pour pouvoir profiter clairement de ses lignes.

La 250 GT Cabriolet Pinin Farina dont j'ai pu profiter hier à un meilleur emplacement.

A son tour la 250 GT SWB de Bertone sort du garage. Sa position est excellente, mais ça ne durera pas. Je profite vite de l'espace vide sur la pelouse.

En la détaillant sous tous les angles je découvre dans son coffre tous les documents existants à son sujet. L'historique, le dossier de presse...Tout le nécessaire pour garantir chaque détail.

Au tour de la Tour de France de sortir. Les Ferrari sont pour l'instant dans les premières et par chance chacune dans un nouveau coin. La TdF restera seule quelques temps avant de voir arriver l'Interim.

La lumière est bonne car le soleil ne tape pas encore dessus. Et ce coin de la Villa nous apporte vraiment un décor superbe.

Les différentes versions des TdF se différencient au nombre de "louvres" au dessus de l'aile arrière. Ici il y en a 14. Seules 7 exemplaires ont été construits dans cette configuration.

Voici la 250 GT Interim avec sa vitre de custode si particulière.

La 500 TRC est sortie très tard, et sa position n'est pas évidente car si le décor est superbe, il créé des zones d'ombres assez gênantes.

Mais elle est parmi les dernières à passer à la parade, je peux donc me permettre à nouveau de bouger, et je la retrouve en haut de la Villa où l'attend un photographe de Cavallino Magazine. Puis elle repart...mais pas au garage!

Par chance elle retrouve sa place, désormais bien ensoleillée et surtout dégagée du monde. Là j'ai pu en profiter pleinement (encore). Surtout à côté d'une "concurrente" de l'époque (Maserati 450 S).

Nous terminons toujours avec la 250 GTO qui, alignée avec les autres modèles de sa catégorie, dégage quelque chose de plus...

Elle aussi attire la foule et sa position en plein milieu du passage la rend difficilement seule sur les clichés. Mais comme la 500 TRC, je pourrai la retrouver à la fin, quand la foule sera partie.

Découvrez les autres Marque du samedi ici.

Pour revoir la première journée: cliquez ici.

Pour voir la troisième journée: cliquez ici.

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour Exposition

Contact
Charte
Plan du site