English

Montreux Grand-Prix - 80ème Anniversaire

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

Jeudi

Le Grand-Prix de Montreux a célébré son 80ème anniversaire cette année, mais pour autant, il n'y a pas eu 80 éditions, loin de là. Dans l'histoire de la course automobile, l'année 1934 est la seule à ressortir avec (déjà) une victoire de la Scuderia Ferrari qui faisait alors courir des Alfa Romeo. Je n'ai pas vocation à vous ressortir l'historique de cette course. Je sais juste que les 50 ans ont été célébrés en présence de pilotes comme Fangio, Regazzoni ou encore Etancelin qui avait la pôle position en 1934 sur Maserati. En 1990, c'est Jean Alesi qui viendra faire rouler les voitures de la Scuderia. Bien entendu, cela est déjà devenu un évènement automobile et non une course. En 2002 et en 2006 l'évènement était encore complètement dédié à Ferrari. Puis en 2012, l'organisation a ouvert les portes à tous types de véhicules, de toutes époques. C'est cette édition, présentée par Arthomobile, qui m'a donné l'envie de venir dès la suivante.

Nous voilà donc présents pour cette édition anniversaire. Cela n'était pas gagné d'avance, car c'est seulement une semaine avant le premier jour que j'ai pu faire la demande d'accréditation pour venir. Par chance, mes origines proches (côté France) m'ont permis de ne pas avoir à chercher d'hôtel. Nous décidons de venir pour le jeudi après-midi, quand les voitures engagées doivent se présenter pour les derniers préparatifs (dossards, roadbook, hôtel et cadeaux...). Et c'est aussi pour nous le moment de récupérer nos accréditations et le dossier complet (liste des engagés, roadbook, magazine...). La simplicité et la précision de l'organisation est impressionnante. On se sent instantanément bien accueillis.

Il est donc temps de passer aux choses sérieuses. Quelques voitures sont déjà là, tout comme le soleil, si rare cette année! Etant donné le nombre de photos que nous avons fait à deux, je vais d'abord traiter les Ferrari et UNE cousine. Sous le toit du marché, nous trouvons une première 365 GTB/4 Daytona, rouge, à phares plexi. Les lumières ne sont pas idéales, mais la voiture est seule.

Pas très loin se trouve une Formule 1 ou plutôt une maquette de F2005 de M. Schumacher.

Je retourne dehors pour profiter d'une lumière intense, mais continue sur les voitures. Une belle 512 TR:

Quelques modernes commencent à arriver, mais vu la liste des engagés je ne m'attarde pas trop dessus, il est annoncé des modèles bien plus intéressants (j'entends par là plus rares et exceptionnels). Pêle-mêle: F430 Spider, 458 Italia, 599GTB Fiorano ou encore F12.

Et voici qu'arrive par la route une 458 Challenge!! Les pneus sont à peine adaptés pour la route, mais c'est tout.

Une 250 GT Lusso fait son entrée.

Puis une première 250 GT SWB grise la suit.

C'est le défilé des anciennes. Cette 365 GTB/4 Daytona bleue est juste superbe.

La "Vinaccia" (bordeaux) qui la suit me permet de la voir avec les phares levés.

Voici une voiture que j'ai déjà vu cette année lors du Tour Auto. Il s'agit de l'unique 365 GTB/4 Michelotti NART Spider.

La suivante a eu beaucoup de succès, mais nous ne nous sommes pas beaucoup arrêtés dessus. Il s'agit d'une 250 GTO "FAVRE". C'est à dire une fausse GTO, basée généralement sur un châssis/moteur de 250GTE.

Une 275 GTB/4 Rosso Fiorano:

Cette SWB grise avec bande tricolore était là en 2012. Il s'agit d'un modèle compétition, reconnaissable à l'absence de pare-chocs notamment.

Une autre voiture de compétition: cette Dino 246GT Gr4.

Les anciennes sont garées à l'abri, mais la lumière reste le gros problème. Surtout avec le lac Léman qui accentue le contre-jour. Mais à peine le temps de sortir qu'une 308 Jaune arrive. Quasiment tous les modèles à phares escamotables sont équipés de LED sur le pare-chocs. Mais avant de crier au scandale il est bon de savoir qu'en Suisse, depuis cette année, il est obligatoire d'avoir des feux allumés de jour. Nous avons vite compris que les propriétaires Suisses avaient apporté cette modification afin de ne pas rouler en permanence avec les phares escamotables levés.

Revenons aux modernes avec une 599 GTO dans une livrée inédite pour nous. Grise à bande rouge. Je trouve le combo plutôt agréable. Les étriers de freins et les rétros sont aussi rouges, alors que les écussons d'aile et les cabochons de roues sont en carbone.

Une 365 GTC va se mettre à l'abri.

Encore un châssis court qui arrive, le second en version Compétition.

Une petite Dino 246GT.

Passons désormais à celles qui vont m'occuper et me satisfaire durant 3 jours complets. Souvenez-vous, lors de mon retour de la Villa d'Este, j'avais vu une LaFerrari Grigio Titanio (et non Alloy comme je le croyais) que je n'avais pas réussi à immortaliser. Je devais la voir à Sport & Collection, mais pour raison de santé, le propriétaire avait dû renoncer à venir. Elle est là, devant moi. Sa couleur, et la configuration complète, lui vont très bien. C'est sobre, classe et dynamique à la fois.

Sa couleur change en fonction de celle du ciel. C'est juste magnifique. Chaque angle fait ressortir une ligne. Nous avons fait énormément de photos, de tous les détails. Voici un condensé:

Elle s'est glissée sur les photos précédentes, mais la LaFerrari grise est suivie de près par une Rosso Corsa avec toit (et jantes) noirs.

Encore un peu de détails...

La vision globale est surréaliste. Nous ne sommes que jeudi et déjà contents d'être là.

Entre les deux LaFerrari est passée cette F12 blanche, presque inaperçue.

Je vous en ai parlé dès le début, je vais mettre sur cette page Ferrari une cousine de Modène. Elle était là très tôt et vous l'avez déjà reconnue entre les deux dernières Supercars de Maranello, il s'agit de la Maserati MC12. Cette Enzo sauce Trident est pour moi un Graal automobile. Produite à seulement 50 exemplaires il n'est pas courant d'en voir évoluer en terrain naturel. Et pourtant pendant quatre jours elle va s'offrir à nous.

Nous avons eu, et surtout nous avons pris le temps de la shooter sous tous les angles. Car même si j'aime beaucoup la LaFerrari, elle n'en reste pas moins produite à 10 fois plus d'exemplaires officiellement que la MC12!

Là aussi, beaucoup de détails, à commencer par les phares non carenés ou son capot très travaillé.

Le moteur est très proche de celui de la Enzo, mais malgré tout moins puissant (630ch tout de même). La hiérarchie entre les Marques est restée maitresse. Même si la MC12 a l'avantage de pouvoir se découvrir, il n'y a pas de place pour ranger le toit. Nous la verrons donc fermée uniquement.

La première journée s'achève déjà et nous sommes ravis. Cette vision ne pourrait que rendre heureux n'importe quel passionné d'automobiles.

Le Grand-Prix de Montreux a un programme différent pour chacun des trois jours (je ne compte pas aujourd'hui car dédié au rassemblement et aux formalités). Le vendredi va emmener le convoi pour un Rallye touristique de 200km, le samedi aura lieu un Revival de la course de côte Glion-Caux et le dimanche sera dédié à la parade en ville sur une partie du circuit historique de Montreux.

Accès rapide aux autres pages de l'article:

Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Ferrari Ferrari Ferrari Ferrari
Les autres modèles Les autres modèles Les autres modèles Les autres modèles

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour à grandprix

Contact
Charte
Plan du site