English

Ferrari Racing Days - Le Castellet - 2015

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

C'était en 2009 que nous avions découvert le Challenge Ferrari, devenu Ferrari Racing Days aujourd'hui. Cette année là nous découvrions les FXX sur un circuit impressionnant: Le HTTT Paul Ricard sur la commune du Castellet. Quel souvenir! Alors quand j'ai su que la nouvelle version de l'évènement revenait dans le sud de la France, avec en prime la toute dernière FXX K, la question du voyage s'est évidemment posée. Cela représente encore 1500km sur 3 jours, le budget et toutes les contraintes habituelles malgré l'envie débordante d'y aller. Depuis le temps que nous participons aux mêmes évènements, nous avons convenu avec Arthomobiles.fr de voyager ensemble. Lorsque que le réveil sonne à 1h du matin il faut malgré tout aller chercher loin la motivation pour faire les 7h de route qui nous séparent du circuit. Heureusement le trajet se déroule sans encombre et nous arrivons sur place avec un temps magnifique.

Nous récupérons nos badges avec la surprise de voir que nous n'avons pas les mêmes. Première inquiétude pour l'accès en bord de piste. Pas de temps à perdre pour ce genre de détail, on verra plus tard.

Comme Nicolas connait bien les lieux, nous arrivons au parking, accueillis par deux Ferrari devant les locaux de SRO: Une 355 Challenge et une 550 GT.

Avant l'entrée du paddock nous découvrons quelques 488 GTB amenées pour les essais et démonstrations clients. Ferrari n'oublie jamais le business. Et dans le hall du paddock qui nous mène à la salle de presse, c'est la FXX K de présentation (Abu Dhabi 2014) qui est là. Cela fait déjà notre bonheur.

Les chasubles récupérés, il est temps d'avoir du concret et de passer côté pitlane. Attention aux émotions quand on arrive devant 4 FXX K alignées dans le même box! La 13 déjà vue à Turin en Juin dernier, la 23 et la 69 rouges mais avec des décorations différentes et enfin la 27 de Peter Mann, évidemment Bleu Tour de France avec décoration blanche, à l'image de sa LaFerrari.

Mais en passant au stand d'après, je découvre une 5ème K, numéro 21, reprenant la même configuration que la 599 XX Evo à côté qui appartient au même propriétaire.

Nous avons passé énormément de temps autour pour profiter de ces moments si rares. Je n'oublie pas qu'en 2009 nous étions simples spectateurs, aujourd'hui nous sommes au milieu des voitures, des mécaniciens et des pilotes. C'est la vraie récompense de notre travail. Tout est ordonné. La logistique qui accompagne chaque voiture est impressionnante.

Les détails techniques sur la FXX K sont nombreux, mais si en plus on ajoute les détails esthétiques de chaque propriétaire, ça devient compliqué! On est loin d'une voiture de course basique avec des panneaux de carrosserie rivetés, la finition ici est aussi bonne que sur une voiture de série.

Bien sûr, certaines sortent à peine de l'usine et n'ont par exemple pas encore le siège fini, seulement la mousse moulée à la taille du pilote qui choisira ensuite la couleur.

On personnalise vraiment jusqu'au bout!

L'intérieur est racing, mais aussi là pour gentlemen drivers. L'écran montre le circuit avec la télémétrie.

La bleue attire, c'est indiscutable.

Encore une petite série de détails, dont le dernier rend hommage à Jules Bianchi disparu quelques jours avant.

Comme je l'ai annoncé plus haut, dans la série XX, il n'y a pas que les FXX K qui sont là. Depuis le début du programme, tous les modèles sont encore utilisables lors de ces concentrations. Six 599 XX sont présentes, certaines d'origine, d'autres en version Evo (avec notamment l'aileron arrière), mais aussi 3 FXX (toutes Evoluzione). Cela représente en tout 15 XX.

Déjà sur les précédents modèles, la déco primait. Et cette 21 est superbe.

Dans un style plus agressif, la 40 arbore un noir mat.

La 38 n'est pas passée Evo, elle a donc encore ses ailettes au lieu de l'immense aileron, les phares ressemble plus à ceux d'une 599 GTB de série et les sorties d'échappement sont encore à l'arrière.

L'intérieur a aussi évolué, avec la disparition de l'airbag sur le volant. Le dernier montre celui d'une FXX, rappelant celui de la Enzo.

J'ai toujours adoré la FXX et je suis ravi d'en voir encore rouler. La 47 avec sa peinture métallisée est superbe, mais difficile à faire ressortir en photo.

Plusieurs F1 ont également fait le déplacement. Mais j'avoue être moins intéressé. On les verra en piste plus tard.

J'ai croisé Peter Mann dans le stand donc je ressort pour voir où est garée sa LaFerrari. Juste derrière, seule. Impeccable!

Les Ferrari Racing Days comportent toujours des courses. Ici seules des 458 Challenge courent.

Il fait beau, chaud mais supportable et nous sommes entourés de Ferrari. C'est le bonheur pour n'importe quel passionné. Mais cela n'empêche pas d'apprécier le cadre, la preuve.

Ferrari sait recevoir, et quand l'heure du repas approche, on se fait plaisir avec des plats Italiens!

Je retrouve Nicolas avec Franck dans le hall, ils ont pu dégager un minimum les barrières autour de la #10, j'en profite alors rapidement.

Mais tout le spectacle n'est pas forcément à l'intérieur! Et le parking réservé aux Ferrari se remplit. Une belle 599 GTO Noire, une Speciale ou encore une 488 GTB.

Le Giallo Tristrato m'attire systématiquement et cette F12 me scotche complètement. Enfin, jusqu'à découvrir le carbone rouge sur les bas de caisse et l'intérieur bi-ton assez particulier...

Une seconde 599 GTO arrive, blanche cette fois, et mono-ton en prime.

Les deux réunies offrent une vue magnifique et un superbe contraste.

Entre deux camions de Challenge je tombe sur cette 458 Speciale A qui me rappelle celle vue à la Villa d'Este. Mais il s'agit bien d'une autre. Mon premier passage est gâché par l'ombre d'un camion, mais en revenant plus tard, la lumière met en valeurs ses détails.

Une F512M ! Très rare, au moins autant que décriée, mais le combo gris intérieur rouge lui va bien.

Je ne me suis pas arrêté sur tous les modèles présents, mais à peu près tous les modèles de série des 30 dernières années étaient là.

Encore une 458 Speciale A, dans un rouge qui n'est pas sans rappeler celui d'une XX...

Il est temps de regarder un peu la 488 GTB découverte à Genève. J'avoue que ce modèle ne révolutionne pas la gamme esthétiquement. Bien sûr, le plus important reste l'apparition du turbo.

Par contre, je pense que le bi-ton lui va très bien, comme c'était le cas sur la 458. Remarquez le nouveau format de clé!

Ayant fait vraiment beaucoup de photos durant ce week-end, je suis obligé de scinder en deux pour plus de lisibilité. Vous retrouverez donc la partie piste du vendredi en cliquant ici.

Accéder directement à Samedi.

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour Rassemblement

Contact
Charte
Plan du site