English

XVIIIe Sport & Collection
1er jour

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

500 Ferrari contre le cancer

C'est la huitième année que je me rends sur le circuit du Vigeant pour cet évènement devenu incontournable en France. Et chaque année j'ai droit à cet émerveillement de retrouver autant de Ferrari. Nous sommes jeudi, je viens de traverser notre pays pour passer un week-end de pur plaisir.

Même si le jeudi sert à la logistique du paddock, certains membres du Club Ferrari France sont là pour profiter de la piste qui leur est réservée. Après un premier tour de repérage, je comprends vite que 2012 est l'année de la 458 Spider (commercialement parlant).

Il fait beau, le ciel est un peu nuageux, les conditions sont idéales pour attaquer le travail.

Un des évènements majeur du week-end est l'anniversaire la F40 (25ans). Certaines sont déjà là, et l'espace encore libre du paddock permet de prendre le recul suffisant pour les photos.

Les pistardes sont déjà sur place également:

Noël Racing nous a ramené la F40 jaune préparée.

Il est intéressant de constater que les modèles sont majoritairement récents, ou au contraire anciens. Mais il existe une plage d'environ 30ans qui n'est pas beaucoup représentée.

D'une version à son extrême, la 458 fait toujours effet.

Je retrouve avec plaisir un habitué de plateau: David Piper. J'ai la chance de pouvoir échanger quelques mots avec lui. Du haut de ses 82ans, il a toujours le même plaisir à conduire ses voitures. Il est venu cette année avec la P4 et la 250 LM (275LM d'après la plaque soudée au châssis).

En plus d'amener des voitures, Charles Pozzi assure aussi l'assistance technique. Ce n'est pas négligeable quand on voit l'outillage nécessaire...

Peter Mann, président du CFF, est toujours présent pour Sport et Collection. Cette année il est venu avec sa 333sp et une F40LM prêtée pour l'occasion. Ses réactions au retour d'une session font froid dans le dos. Il explique que la voiture est tellement brutale, qu'au milieu d'un virage, en régime stabilisé, "on attend qu'elle nous fasse une saloperie". A priori, il n'a jamais eu a attendre trop longtemps!

Quand on croise une Ferrari dans la rue, ou même lors d'un shooting, généralement on apprécie le moindre détail. Ici, vue la quantité de véhicules, et surtout la redondance de certaines configurations, on ne s'attarde que sur les détails particuliers.

Enzo. Enfin! On est loin des années ou s'alignaient 4 ou 5 exemplaires. Seraient-ils tous en ventes pour la remplaçante, les propriétaires préfèrent-ils simplement une 458, plus moderne, plus agile et surtout moins risquée au milieu de la meute? Joël Rivière est venu par la route avec, mais ne tournera pas sur circuit.

Voici un modèle qui ne se démode pas malgré ses (déjà) 13ans. Techniquement la première moderne, la 360 Modena est aujourd'hui bien dépassée par sa descendante sur tous les plans, mais devient abordable aux passionnés modestes.

A l'inverse, la petite Dino a sa côte qui ne cesse de grimper.

Voici la 458 dans sa livrée Giallo Tristato. Une couleur très belle, surtout avec les jantes étoile aux fins bâtons.

Dans le Village encore en préparation se dissimule déjà une 550 Barchetta, malheureusement, mais discrètement revue par Koenig. (Seuls les 6 sorties d'échappement trahissent la préparation)

Quel ne fut pas mon étonnement en sortant village de voir, au milieu du paddock cete 250 GTO. Elle se mouvoit par ses propres moyens, au doux son des 12 cylindres. Une sorte de silence s'installe autour de la mélodie de la cavalerie, comme si toutes les personnes présentes profitaient de cet instant si rare. Je rappelle que 2012 est l'année du cinquantenaire de ce modèle et qu'un Rallye privé doit en rassembler un maximum d'exemplaires. A ce moment là je ne sais pas encore si j'aurai les informations nécessaires pour les trouver entre Reims et Le Mans début juillet. Je profite donc de cet instant, pourtant vécu la semaine passé en Italie avec un autre exemplaire. Mais à l'heure où j'écris ces lignes je peux juste vous annoncer que je les ai trouvées, mais cela viendra plus tard.

Un peu plus loin je découvre un duo de 458 Tristato, un Coupé et un Spider. La comparaison est sans appel, je trouve le spider bien plus joli, qu'il soit ouvert ou fermé.

Une autre Dino est exposé en face de la 550 Barchetta.

Enfin, la GTO trouve sa place définitive au milieu d'un écrin de verdure plutot inhabituel sur un paddock.

René Arnoux, toujours fidèle, est déjà là, mais n'a pas encore revêtu sa combinaison de pilote.

Si je mets de coté Ferrari, j'ai pu enfin approcher une Mc Laren MP4-12C. Enfin, quand je dit une, déjà 3 étaient présentes le jeudi.

Au niveau design, elle n'est guère comparable à une Lamborghini Aventador...

Voici ensuite la 3ème Lamborghini Gallardo Supertrofeo Stradale que je découvre, toujours rouge. Sublime!

Et pour finir, une 2-Eleven qui part attaquer le bitume...

Retrouvez le deuxième jour ici.

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour à Rassemblement

Contact
Charte
Plan du site