English

Parco Valentino 2015 - Concorso Eleganza Pininfarina

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

Au delà du Salon, Parco Valentino a mis en place un concours d'élégance. Cette année c'est Pininfarina qui est à l'honneur à l'occasion de son 85ème anniversaire. Pour l'occasion, une cinquantaine de véhicules significatifs dans l'histoire du carrossier Italien, justement implanté à Turin a été rassemblée. Même si je ne pensais pas au début que les deux expositions étaient séparées, c'est bien pour cette partie que nous sommes venus à Parco Valentino.

Ce concours a lieu dans le Castello Del Valentino, situé au milieu du parc. Le décor est superbe. Le voici de l'extérieur, bondé de monde, puis à l'intérieur, vide et durant le concours. Enfin, la tribune qui permet une belle vue d'ensemble.

Quelques voitures sont déjà là et il faut en profiter avant la mise en place. Nous commençons donc par cette 250 MM.

Aucune liste des véhicules présentés n'a été diffusée. Seulement quelques modèles phares, mais la découverte de la 612 K est une belle surprise. L'un des premiers modèles recarrossé par Pininfarina, avant l'ère des Special Project chez Ferrari. La base est bien une 612 mais avec des détails bien particuliers. Le K est la première lettre du nom du propriétaire et se prononce Kappa (tiré de l'alphabet grec).

La plaque d'immatriculation est bien appropriée. Parmi les particularités, on note évidemment la prise d'air sur le capot, les phares avant chromés, les jantes polies. L'ouverture derrière le passage de roue avant rappelle la 456, mais ici, ces ouïes sont bien plus grandes. La carrosserie a été entièrement réalisée en aluminium. Sur les poignées de portes, on retrouve les initiales de Peter S. Kalikow.

A l'arrière, les feux sont dans le style de la Enzo ou la F430. Le Cavallino a été remplacé par le double drapeau Ferrari/Pininfarina. A l'intérieur, les modifications sont subtiles. A gauche du bouton de démarrage se trouve la plaque avec le numéro d'assemblage: 145746.

Une belle petite Dino GTS fait son entrée. Le décor met bien en valeur les voitures, mais les voitures donnent aussi toute la grandeur du décor!

On l'apercevait sur les photos de la Dino, voici une F40. Certes, j'en ai déjà vu quelques unes, néanmoins, c'est la première fois que je vois une US Spec, comprenez par là, une version destinée au marché américain. Elle est isolée, je m'attarde longtemps dessus.

Les versions US sont reconnaissables aux pare-chocs ajoutés à l'avant et à l'arrière. Ce n'est pas très beau, mais après avoir tourné autour, on ne les remarque plus vraiment. Le troisième feu stop fait également partie des éléments disgracieux ajoutés.

Une Testarossa se gare à côté. Pour moi, ce sont deux mythes indémodables.

Et une 328 vient compléter le trio des années 80.

Revenons dans les années 50 avec cette 212 Inter Cabriolet.

Bien qu'il n'y ait pas uniquement des Ferrari, nous n'avons pas fait beaucoup de photos des autres modèles, par choix, par manque de temps... mais cs deux Lancia étaient en place très tôt, et la prise était inévitable. C'était surtout pour moi l'occasion de découvrir que c'est Pininfarina qui les a dessinées.

La présence de la Pinin est tout à fait justifiée, mais à part le fait qu'elle ait trouvé un moteur boxer pour se mouvoir, je n'ai pas porté plus d'attention car je l'ai déjà vue plusieurs fois.

Une seconde Dino arrive, toujours en version GTS.

Juste en revenant de manger, voilà qu'arrive celle que je suis venu voir! Pas vu lors de sa présentation à Paris en 2006, je ne connaissais pas encore la Villa d'Este quand elle a remporté le concours en 2007. Elle devait revenir cette année, mais James a finalement abandonné. La voici enfin, mon graal automobile: la 612 P4/5 de James Glickenhaus!

James l'aura fait retraverser l'Atlantique pour la présenter ici. Je n'ose avouer le nombre de photos réalisées juste pour elle. J'ai essayé d'être succinct pour cet article.

C'est en réalisant cet article que j'ai découvert sur une photo d'Arthomobiles que le capot avant s'ouvre. Donc je n'ai pas tous les détails, mais la voici porte et capot moteur déployés.

Voici les détails de la face avant:

On passe sur le côté, avant de rejoindre l'arrière avec les deux échappements blancs qui ressortent.

Mais ceux-ci sont actifs à l'ouverture des valves. L'échappement principal reste en dessous. L'antibrouillard, lui, est caché au milieu du diffuseur.

Un des éléments marquant sur cette voiture est la lunette arrière très travaillée. Elle termine la forme de goutte d'eau de l'habitacle, créant ainsi le bi-ton que l'on retrouve notamment sur la LaFerrari.

Le moteur, mais aussi la base est une Enzo, modèle déjà exceptionnel en lui-même mais dont le style n'a rien à voir. Comme pour la 612 K, la plaque d'immatriculation est personnalisée.

Ouvrons la porte et passons à l'intérieur:.

Lui aussi est très proche d'une Enzo, mais avec un écran en plus pour la caméra de recul et d'autres fonctions.

Deux 250 GT Pininfarina Cabriolet série 2 sont là. Peut-être un des exemples les plus remarquables où Scaglietti a fait mieux que Pininfarina (avec la California)

L'éternelle 250 GT châssis court.

Quatre 275 étaient de la partie. La première est une GTB nez court.

La seconde est une GTB aussi, mais nez long.

Puis une GTB/4, esthétiquement identique.

Et enfin, une GTS, beaucoup plus fine et surtout cabriolet!

Deux 512BB prêtes à concourir: Une BB et une BBi

Et là, je découvre encore une suprise, je n'avais jamais entendu parler d'un concept Pininfarina de Testarossa Spider. Il existe des modèles qui ont été modifiés après par des carrossiers, mais apparemment l'idée avait déjà été présentée.

Nous essayons d'avoir le maximum de détails car je ne sais pas si je la reverrai un jour!

Les sièges sont typiques de cette époque pour les concepts. Ils me rappellent ceux de la Mythos avec ce cuir rouge.

La suivante je la connaissais, mais je ne pensais pas la voir non plus! La 308 "Millechiodi" ou Mille rivets pour ses panneaux de carrosserie rivetés. J'ai là aussi fait beaucoup de photos.

La plaque sur la colonne de direction indique 308 T, je ne sais pas pourquoi.

Quelques modernes sont là pour montrer que la page Pininfarina est tristement tournée pour Ferrari puisque les nouveaux modèles sont tous issus du design interne. 458 Spider:

California (la T ne porte plus le badge Pininfarina...)

Une FF qui n'est pas banale car c'est celle de Paolo Pininfarina!

Son nom rend hommage aux deux hommes qui ont marqué le carrossier Italien, il est donc normal de trouver une SA Aperta.

Et pour clôturer ce reportage voici une vue d'ensemble de la cour du château.

Nous n'avons pas assisté au défilé du concours car tout a pris du retard et nous voulions nous reposer un peu et manger avant de refaire des photos le soir. Mais quand nous sommes revenus la cour était vide, comme si rien n'avait eu lieu. Une seule question, que se passera-t-il le dimanche? Vous le saurez dans la dernière partie du reportage.

Revivez le Salon Parco Valentino ici.

Découvrez le dimanche ici

Découvrez la surprise du dimanche ici.

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour à Salons Automobiles

Contact
Charte
Plan du site