English

Lotus Elise S

L I V E
Bonnes adresses

Texte: Jacky FAVRE - Photos: Christelle SOMMEREISEN - Jacky FAVRE

Une petite anglaise pour changer! Je vous présente aujourd'hui une Lotus Elise S de 2009. Nouvellement arrivée dans le Doubs, cette petite sportive profite désormais du moindre rayon de soleil pour se dégourdir les bielles. Mais le printemps que nous avons cette année n'est malheureusement pas le plus ensoleillé.

Ce nouveau shooting réalisé très proche de chez moi va me permettre de faire évoluer mes reportages. En effet, grâce à la proximité et la disponibilité de la voiture je vais pouvoir faire évoluer ce reportage au fil du temps, avec de nouvelles photos et surtout le retour d'expérience du propriétaire. Enfin, quand je dit le propriétaire, je dois tout de suite préciser qu'il s'agit en fait d'une heureuse propriétaire! Je ne manquerai pas non plus de lui laisser la parole pour vous faire part de ses impressions.

La voiture est sortie des lignes de Hethel en Février 2009. Elle a déjà connu deux propriétaires, mais cela n'a rien d'inquiétant. En effet, le premier est connu dans le monde Lotus pour être passionné. Le second qui a gardé la voiture 3 ans souhaite aujourd'hui passer sur une Caterham. La gamme Elise ne cesse d'évoluer depuis sa création en 1996. D'abord MK1, puis MK2, nous en sommes aujourd'hui à la troisième génération (certains l'appellent MK2,5 car ce n'est pas une nouvelle voiture, mais simplement un facelift). Les moteurs sont également passer de Rover à Toyota suite à la liquidation du premier. Je ne vais pas m'étaler sur toutes les versions car je ne suis pas assez calé sur le sujet. Je vais me concentrer sur la MK2 dont fait partie notre exemplaire du jour. Mais l'appellation S est aujourd'hui reprise pour la version la plus puissante de la gamme, alors qu'en 2009, elle représentait l'entrée de gamme! Elle est donc équipée du 1.8 Toyota de 136chevaux.

Comment a été orienté le choix? "En tant que première sportive, je ne voulais pas une version trop puissante. Mon choix était orienté sur une MK2 pour son style plus moderne, et à partir de 2002 pour éviter les versions à capote longue (après 10ans on peut mettre en doute l'étanchéité déjà incertaine à la base) et surtout pas trop kilométrée. Les modèles de cette époque ont le Rover 120ch qui serait bien suffisant pour démarrer. Je ne suis pas intéressée par les préparations diverses, autant en terme de style qu'en mécanique, mon choix porte donc sur du full stock. Mais depuis 2013 les annonces se font rares et les modèles proposés sont loin de répondre à mes critères. J'ai donc poussé la fourchette du budget initial pour voir des modèles plus récents. Et je suis tombée directement sur ce modèle qui répondait parfaitement à mes exigences, et bien plus encore! En effet, depuis 2004 Toyota motorise Lotus et d'une façon générale, la fiabilité a corrigé le principal défaut du Rover: le joint de culasse un peu fragile. Mais depuis 2008 c'est aussi l'ABS qui est apparu et bien que contraire à la philosophie Light is right de Colin Chapman, au niveau sécurité c'est un bon point. Les airbags (2) sont également rassurants, même si j'espère ne jamais en voir la couleur! Certains détails pratiques et non gênants pour l'usage que je vais en faire comme les vitres électriques ou encore la condamnation centralisée avec alarme. Les sièges Probax sont reconnus pour leur confort sur long trajet ou conduite sportive. Et depuis 2009, c'est également un nouveau tableau de bord qui est apparu avec un style plus moderne. Côté équipement, trois options ont été choisies sur ce modèle: le hard-top qui esthétiquement fait ressortir la ligne et apporte un certain agrément en période fraîche ou pluvieuse. La climatisation, qui apporte bien plus (de confort) qu'elle ne pénalise (la puissance). Et enfin, la peinture métallisée. La couleur justement. A défaut d'être un critère de choix, c'est surtout un critère de non-choix. Car les modèles sont trop rares pour rechercher une combinaison particulière. Mais je voulais éviter certaines comme le gris ou le rouge que ne mettent pas assez en valeur ce genre de voitures. Mais ce Solar Yellow m'a fait craquer." Le choix s'impose donc de lui même, selon les goûts et les exigences de chacun.

Voici donc la belle jaune, acquise à seulement 16 000km qui découvre de nouveaux horizons. Les premières photos ont été faites lors d'une première virée qui m'a permis d'en prendre le volant. Le plaisir au volant fait complètement oublier les photos. Nous avons roulé pendant pratiquement 200km pour ne faire qu'une petite série de photos...

Avec les rares journées de soleil que nous avions ce printemps, un rendez-vous est pris un soir de semaine pour réaliser un premier shooting de présentation. Je propose de retourner à un endroit que j'apprécie pour les photos, même si à cette heure là, le soleil est passé.

Les points de vue sont très variés et il est possible de faire le tour de la voiture sans même la démarrer. Je trouve que ce jaune est magnifique, et le décor crée un excellent contraste. Je fais un premier tour assez large.

On prend de la hauteur...

C'est dans le détail que l'on reconnait les différentes versions de l'Elise. Les jantes à 6 bâtons "plats" sont spécifiques aux entrées de gamme. Le petit "S" sur l'aile avant est très reconnaissable, il s'oppose à la "R" de 192ch. Le hard-top donne vraiment un allure sportive. Nous verrons la différence plus tard en configuration cabriolet. Les feux arrières à LED sont apparus en 2006. Mais certains propriétaires n'hésitent pas à les monter sur des versions antérieures. L'inscription lotus peut parfois être remplacée par le logo rond (comme celui du capot). L'écriture chromée est esthétiquement plus sympa.

Nous changeons d'endroit pour varier les prises de vue en espérant trouver le soleil, mais les nuages sont arrivés trop vite.

Les optiques lenticulaires (et non Xenon) remplissent parfaitement leur fonction lorsque la nuit tombe. De jour, il reste cependant essentiel de les avoir allumés pour bien se faire voir. Même si le jaune contribue aussi à être vu. Les quelques rayons de lumière qui percent permettent de mettre en avant les nuances du Solar Yellow. Il vire du jaune pâle à l'orange. Sublime!

Passons à l'intérieur. Inutile de dire que c'est bas. Le nouveau tableau de bord s'accorde très bien avec la voiture. Les commandes sont rares mais bien placées. Le démarrage du moteur se fait au bouton et non plus à la clé. Les compteurs sont visibles, mais les repères inhabituels: les valeurs de vitesse mises en avant ne sont pas toutes adaptées au code de la route Français (60; 90; 120). Le compte-tours est lui gradué jusqu'à 9 000tr/min car il est commun avec la version "R". Mais le régime maxi de la "S" est de 6 800tr/min. L'absence de zone est un peu déroutante au début, mais un témoin clignote à l'approche du rupteur.

La boite de vitesse est à 5 rapports. Le couple de 172Nm permet des reprises confortables sans jouer en permanence avec le levier. Les sièges Probax ont permis de faire "400km pour ramener la voiture de Paris sans désagrément". Seul celui du conducteur est réglable en profondeur.

Le petit 4cylindres 1.8 Toyota.

Pour cette première sortie photos, j'ai convié G.Regisser, un passioné de Lotus et de photos qui a fait d'une pierre deux coups. Vous pouvez découvrir sa galerie FlickR et sa page Facebook.

Cela m'a également permis de me remettre au volant pendant qu'il prenait la voiture en mouvement

Voici un premire bilan après 1 mois avec la lotus: "Que du bonheur! Bien sûr beaucoup d'appréhension au départ car je n'ai pas l'habitude de conduire de propulsion. Mais la prise en main est vraiment facile. Le pédalier légèrement décalé ne pose pas trop de problème, par contre les pédales sont très proches les une des autres, il est donc impératif d'avoir des chaussures très fines pour éviter des talon-pointe involontaires. Les passages de vitesses sont très précis, la direction (non assistée) donne d'excellents retours, mais il faut bien tenir le volant car la moindre aspérité de la route vous remonte dans les bras. Pour les manoeuvres, on est content d'avoir des petites roues à l'avant (175/55/16) et très peu de poids (378kg sur 930, soit un rapport av/ar de 40/60). La position de conduite est très bonne, tout comme la visibilité. Le gabarit rabaissé nécessite malgré tout de prendre de nouveaux repères.
Côté praticité, les 42litres du réservoir sont largement suffisants, car j'ai pu faire plus de 400km pour la ramener de Paris sans atteindre la réserve. La consommation sur autoroute est très faible, et reste limitée en usage plaisir sur des routes sympas. Les rangements sont assez nombreux et le coffre bien suffisant pour partir en week-end.
Quand j'ai récupéré la voiture, elle était équipée d'un échappement Stage 2 (normalement réservé à un usage piste) mais l'origine était fourni avec et a été remonté tout de suite car le bruit est vraiment excessif sur long trajet.
C'est un vrai régal de sortir dès qu'il y a un rayon de soleil. Par contre les gens sont surpris de voir une voiture qui n'est pas très courante. Les réactions varient d'un extrême à l'autre, surtout côté français, où certains ont vraiment des comportements haineux et/ou envieux.
Côté Suisse, je n'ai jamais été confrontée à ce genre de réaction négative, bien au contraire. Une réalité bien marquée de diversité d'esprit et de politique entre un pays en majorité autophobe et un pays où chacun est libre de vivre sa vie sans être jugé. En tout cas sur la route, il faut être très vigilant car attiré par la Lotus, certains conducteurs ne regardent plus ce qu'il font.

Partagez vos impressions et vos commentaires sur Facebook

Retour Shooting

Contact
Charte
Plan du site